Monday - December 11, 2017

Weather: 14°C

 

Le FESPAD débutera avec la fête de l’Umuganura

22 juillet 2016 Auteur  Echos du Rwanda

Le Festival panafricain de danse revient pour la 9e fois, après quelques années d’absence. Il sera organisé du 1er au 5 août et commencera par les célébrations de la fête des moissons.

Les festivités débuteront le 1er août par une procession dans les rues de la capitale Kigali de divers groupes de danse. Le rendez-vous se poursuivra au Stade Amahoro par les cérémonies de l’Umuganura. Les autorités ayant décidé de faire coïncider le festival et la fête des moissons, avec pour thème: «La culture comme source de développement». 

«Avant, le FESPAD consistait seulement en des démonstrations de danses, puis les gens repartaient chacun de son côté. Cette fois-ci, nous souhaitons montrer ce que nous avons réalisé dans notre développement», a déclaré au site Imirasire.com Steven Mutangana, du Ministère de la culture, précisant aussi qu’il y aura une exposition artistique en marge du festival. 

Des centaines d’artistes sont attendues pour participer à l’événement. Des chanteurs, des ballets, des chorales, des orchestres sont encouragés aujourd’hui par le Ministère à s’inscrire. 

Le FESPAD a souvent été une occasion pour les Rwandais de découvrir des artistes internationaux. En 2010, le groupe antillais Kassav’ avait fait danser des milliers de mélomanes. De même que la star de la musique congolaise Koffi Olomide et l’Américaine Lauryn Hill, ancienne membre des Fugees. En 2013, c’est le docteur (c’est son surnom) du dancehall jamaïcain Beenie Man qui avait fait vibrer le Stade Amahoro. 

L’édition 2016 commencera le 1er août à Kigali, notamment au Stade Amahoro, avant de s’étendre à tout le pays. Du 2 au 4, les artistes du FESPAD se produiront à Musanze, Kayonza, Rusizi et Nyanza. Ce dernier sera également le lieu de la célébration de la Fête des moissons au niveau national le 5 août. A ce stade, l’identité des participants n’est pas encore connue.  

Le FESPAD est né en 1998 et s’est poursuivi à un rythme biennal avec notamment le soutien de l’Organisation internationale de la francophonie. La première interruption est survenue en 2010, le festival ne reprenant qu’en 2013.

Connectez-vous pour commenter