Thursday - May 24, 2018

Weather: -273°C

 

Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison par la CPI

22 juin 2016 Auteur  Echos du Rwanda

La Cour pénale internationale a condamné en première instance l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo à 18 ans d'emprisonnement. En mars dernier, Jean‑Pierre Bemba avait été déclaré coupable de deux chefs de crimes contre l'humanité et de trois chefs de crimes de guerre, commis en République centrafricaine entre octobre 2002 et mars 2003.

Le communiqué est tombé mardi dans l’après-midi: «La Chambre de première instance III de la CPI condamne Jean-Pierre Bemba Gombo à 18 ans d’emprisonnement pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis en République centrafricaine en 2002-2003.» L’ancien vice-président de la RDC, arrêté en mai 2008 en Belgique, était jugé à La Haye pour des crimes commis en République centrafricaine sur une période allant du 26 octobre 2002 au 15 mars 2003. A cette époque, il avait envoyé des troupes du Mouvement de libération du Congo (MLC), dont il était le chef militaire, prêter main forte au président centrafricain Ange-Félix Patassé alors en proies aux rebelles du général François Bozizé.

Les combattants du MLC s’étaient livrés à des viols, des meurtres et des pillages. La Cour a estimé que «Jean-Pierre Bemba faisait effectivement fonction de chef militaire et savait que les forces du MLC placées sous son autorité et son contrôle effectifs commettaient ou allaient commettre les crimes visés par les charges».

De riche homme d’affaires à chef rebelle

Jean-Pierre Bemba (53 ans) est le fils du riche homme d’affaires Jeannot Bemba ­Saolona, patron des patrons du temps de Mobutu, décédé en 2009 à Bruxelles, la capitale belge. Présent dans la téléphonie mobile, le fret aérien et les médias, «sa fortune s’est construite grâce aux accointances politiques de son père, mais elle est aussi le fruit du pillage des matières premières dont regorge son pays», décrivait  en mars dernier le journal français Le Monde

A la prise du pouvoir par les troupes de Laurent-Désiré Kabila en 1997, Jean-Pierre Bemba s'exile. L’année suivante, il crée le Mouvement de libération du Congo (MLC) et son bras armé, l'Armée de libération du Congo (ALC) avec le soutien des troupes ougandaises.Il est nommé vice-président du gouvernement de transition dans le cadre du processus de paix en 2003 à la fin de la Deuxième guerre du Congo commencée en 1998. Il est battu par Joseph Kabila à l’élection présidentielle de 2006. Des violences qui ont 200 morts à Kinshasa impliquant sa garde rapprochée le poussent à prendre le chemin de l’exil en 2007 alors qu’il vient d’être élu sénateur. Il est arrêté en Belgique en 2008, poursuivi par la justice internationale.

Jean-Pierre Bemba a écopé d’une peine cumulée de 18 ans de prison, desquels seront déduits les huit ans déjà passé en détention. Il a été condamné pour trois crimes de guerre (viol, meurtre et pillage) et pour deux crimes contre l’humanité (viol, meurtre). Le procès qui a débuté en novembre 2010 aura entendu 5229 personnes en qualité de victimes. Celui qui est resté président du MLC en détention a jusqu’au 19 septembre pour faire appel. Ses avocats ont déjà annoncé qu’ils allaient le faire.

Connectez-vous pour commenter