Thursday - May 24, 2018

Weather: -273°C

 

«Ce ne sont que des procès bidon», affirme le frère de Moïse Katumbi

23 juin 2016 Auteur  Echos du Rwanda
Moïse Katumbi Nadia Dieboy

L’ex gouverneur de l’ancienne province du Katanga (RDC) a été condamné à trois ans de prison ferme dans une affaire l’opposant à un citoyen grec qui l’accuse de l’avoir spolié d’un immeuble familial. Son grand-frère Raphaël Katebe Katoto crie à la mascarade et dénonce l'acharnement.

Moïse Katumbi, richissime homme d’affaires, propriétaire du très populaire club de football TP Mazembe, est le seul candidat déclaré à la prochaine présidentielle congolaise. Depuis, il accumule les ennuis judiciaires. Aux accusations d’atteinte à la sûreté de l’Etat par le recrutement de mercenaires étrangers est venue s’ajouter l’affaire de spoliation immobilière intentée par un citoyen grec vivant en République démocratique du Congo, Emmanuouil Alexandros Stoupis. 

L’ancien gouverneur était accusé d’avoir fait usage de faux en écriture pour s’approprier une parcelle située à Lubumbashi, appartenant à la mère du plaignant. Il vient d’être condamné en son absence – en Europe pour des soins médicaux – à 36 mois de prison ferme et 1 million de dollars de dommages et intérêts. Pour le moment, cette condamnation l’empêche de participer à la présidentielle initialement prévue à la fin de l’année.

De nombreuses voix de l’opposition ont dénoncé le verdict à l’issue du procès. «Nous avons là la confirmation qu’après la fausse affaire de l’atteinte à la sûreté de l’Etat – nous avons maintenant une affaire sur la soi-disant spoliation – nous espérons qu’il y en aura une autre prochaine qui touche peut-être aux moeurs… ça s’appelle de l’acharnement, dans un régime qui est aux abois et qui instrumentalise la justice pour régler des comptes politiques», a déclaré à France 24 Delly Sesanga, du parti de l’opposition L’Envol.

Les avocats de Moïse Katumbi portent plainte à leur tour

La voix la plus forte est celle du grand-frère de l’ancien gouverneur, Raphaël Katebe Katoto: «Ce ne sont que des procès bidon. Il y a eu le procès mercenaires, maintenant le bâtiment Mahenge (l’objet du litige, situé dans la commune de Kampemba, à Lubumbashi ndlr), alors que le bâtiment Mahenge m’appartient. J’en étais locataire auprès de la Sonas depuis 1970. Moïse (Katumbi, ndlr) n’avait que six ans. La Sonas m’a vendu cette maison en 1976. Nous, ma famille et moi, vivions dans cette maison, mais c’est ma maison. Ce n’est pas la maison de Moïse. S’il y a des poursuites, elles doivent être engagées contre moi. Je tiens à vous avertir: ces procès vont se multiplier», a prédit Kateb Katoto.

Juste après le verdict, les avocats de l'ancien gouverneur ont annoncé avoir porté plainte à leur tour contre Alexandros Stoupis. Le procès est prévu le 12 juillet devant le Tribunal de paix de Lubumbashi/Kamalondo, qui siège à Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga.

Connectez-vous pour commenter